Catégories

Que serait l’Afrique si elles étaient au pouvoir?

Ces femmes engagées peuvent-elles transformer l’Afrique?

Le regard tourné vers l’Afrique, aujourd’hui plus que jamais, nous sommes nombreux à nous demander « que sera l’Afrique demain »? C’est un fait, les africains ont besoin de prendre leur destin en main. Il n’est pas question de mettre de l’eau dans son vin quand on voit nos frères mourir de faim. Les femmes engagées n’ont certes pas un vaccin contre la pauvreté ou la maladie, mais elles ont quelque chose qui manque à beaucoup de politiciens; leur engagement dans le capital humain!

L’Afrique a besoin de leur côté philanthrope…

Certains pensent que ce sont nos politiciens qui pourrissent l’Afrique et qu’il suffit d’organiser des élections pour que cesse notre calvaire… Je pense personnellement que le déclin du continent tient sa source dans l’inconscience collective des africains. La situation politique et économique n’en est, de ce fait, que la conséquence. L’idée que les femmes puissent changer la donne s’appuie entre autres sur leur faculté à prendre soin des leurs car elles pensent instinctivement à la collectivité. C’est dans ce sens que les femmes engagées ci-dessous participent à conscientiser les africains en les aidant à trouver le chemin de la vraie liberté. Parce que pour relever l’Afrique, on doit aider les africains en les conscientisant sur les réalités qu’ils vivent et sur les causes de leur misère.

 

Avant d’aller plus loin, qu’est-ce qu’une femme engagée ?

Voici une définition du portail des femmes engagées qui me semble complète:

Une femme qui s’engage dans le développement de sa communauté.
Une femme qui prend part aux décisions et aux changements.
Une femme au cœur de l’action!

Et si c’était aux femmes engagées de redresser le continent ?

Ce n’est qu’une réflexion, il y a déjà certainement de nombreux experts qui étudient la question. Ici nous interrogeons juste la mémoire et la conscience de tout un chacun, rien de plus et rien de moins. Nous avons pour habitude de critiquer ce qui ne va pas et lorsqu’il s’agit de supporter ceux qui mettent la main à la patte, nous sommes souvent absents. Peut-être méritent-elle un peu plus de notre attention ? Qui sait si elles ne vont pas en inspirer d’autres à s’engager?

Notre problème d’inconscience peut assez facilement s’observer que ce soit sur les réseaux sociaux ou en société. Vous trouverez beaucoup plus de monde à un concert qu’à une manifestation. Bref nous semblons moins concernés par tout ce qui peut changer notre destin.

« Un individu conscient et debout est plus dangereux pour le pouvoir que dix mille individus endormis et soumis »

~Mahatma Gandhi~

Pourquoi tout particulièrement des femmes?

Avons-nous oublié ce que la femme africaine représente ? Chers africains, et tout particulièrement vous messieurs, avez-vous oublié les valeurs de vos mères ? Leur force de caractère et leur foi à toute épreuve ?Avez-vous oublié la magicienne qu’elle devient au moment opportun; avec presque rien, elle sait créé un festin pour toute la famille! Qu’il s’agisse de vos mères ou de vos femmes, quand il faut gérer la maison, vous leur faites confiance n’est-ce pas? Alors pourquoi ne soutiendraient-elles pas l’homme dans son soucis de rebâtir un continent plus serein ?

bonne idéeLIRE AUSSI:

La Révolution Africaine de la peur au fantasme | sommes-nous prêts?

 

Portrait de celles qui pourraient influencer l’Afrique demain

 

Angélique Kidjo

Née à : Cotonou (Bénin), 14/07/1960

« Si on veut transformer profondément l’Afrique, l’éducation primaire ne suffit pas. Si on veut transformer l’économie et la politique de mon continent, il faut des femmes qui comprennent la complexité du monde et qui aient une éducation qui leur permettent de parler plusieurs langues, afin de pouvoir jouer un rôle beaucoup plus profond dans nos sociétés. » Angélique K.

Angélique Kpasseloko Hinto Hounsinou Kandjo Manta Zogbin Kidjo,

Angélique Kidjo

c’est son nom complet, juste au cas où quelqu’un aurait devant lui une heure pour s’essayer à le dire entièrement et sans faute…

Angélique Kidjo est une vraie de vraie féministe et son combat pour les femmes s’illustre aussi bien dans sa musique mais aussi dans ses engagements.

La BBC l’a incluse dans sa liste des cinquante icônes du continent africainTime Magazine l’a appelée la « première diva africaine » et elle fait partie de la liste établie par The Guardian des cent femmes les plus influentes au mondeForbes magazine la fait figurer comme la première femme dans la liste des quarante célébrités les plus importantes d’Afrique. Le Daily Telegraph la décrit en 2012, lors des Jeux olympiques de Londres, comme la « reine incontestée de la musique africaine. Paris Match la place en tête de sa liste des dix femmes les plus influentes d’Afrique et l’inclut dans sa liste des 10 artistes africains les plus engagés. Elle écrit parfois dans le New York Times. »

Ses influences musicales sont la pop africaine, la musique des Antilles, le zouk, la rumba congolaise, le jazz, le gospel, et différents styles de musique latine.

 

Les engagements civiques d’Angélique

Angélique Kidjo est une ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF depuis 2002.

Elle a créé la Fondation Batonga, qui soutient les études secondaires de jeunes filles africaines afin qu’elles puissent prendre part au développement en Afrique. La fondation offre des bourses, augmente le nombre d’admissions, veille à l’amélioration du niveau des professeurs, procure aux écoles des fournitures, encourage des programmes de mentors, explore les méthodes d’enseignements alternatives et milite pour la prise de conscience de l’importance de l’éducation des filles.

Elle a fait campagne au côté d’Oxfam lors de la conférence de l’OMC à Hong Kong en 2005 pour la promotion du commerce équitable.

Le 28 septembre 2009, l’UNICEF et la marque Pampers ont lancé une campagne pour éliminer le tétanos et ont demandé à Angélique Kidjo de composer la chanson You Can Count On Me. Chaque téléchargement de la chanson offre une vaccination contre le tétanos à une jeune mère en Afrique.

Bref, vous l’aurez compris, Angélique n’a pas cessé de prêté sa voix pour ouvrir la voie à d’autres et soutenir son le continent africain. Cette petite vidéo devrait vous plaire si vous voulez en savoir plus sur notre diva.

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Ang%C3%A9lique_Kidjo 

 

Fatou Diome

« On sera riche ensemble où on va se noyer tous ensemble !  » Fatou Diome dans Ce soir ou jamais

Née à : Niodior (Sénégal), 1968

Biographie :

Fatou Diome

Si vous ne la connaissez pas encore, c’est que je viens de changer votre vie! Plus sérieusement, Fatou Diome est une femme de lettres dont la plume a littéralement de quoi vous donner des ailes!

Mais qui est donc Fatou Diome ?

Fatou est élevée par sa grand-mère et son grand-père, qui la protègent face à une société (y compris des membres de sa propre famille) qui la rejette. A l’âge adulte, elle n’aura d’autre choix qu’émigrer face à cette atmosphère néfaste.

Contrairement à ce qu’exigent les traditions de sa terre natale, elle côtoie les hommes plutôt que d’aller aider les femmes à préparer les repas et assurer les tâches ménagères. Toujours en décalage avec le microcosme de l’île, elle décide d’aller à l’école et apprend le français. Sa grand-mère met un certain temps à accepter le fait qu’elle puisse être éduquée, la petite Fatou doit aller à l’école en cachette jusqu’à ce que son instituteur parvienne à convaincre sa famille de la laisser poursuivre. C’est à ce moment que sa passion pour la littérature la prend.

À treize ans, elle quitte son village pour aller poursuivre ses études dans d’autres villes du Sénégal, tout en finançant cette vie nomade par de petits boulots ; puis elle va au lycée de M’bour, travaille comme bonne en Gambie et finit par entamer des études universitaires à Dakar. À ce moment, elle songe à devenir professeur de français, loin de l’idée de quitter son pays natal.

Mais à vingt-deux ans, elle tombe amoureuse d’un Français, se marie et décide de le suivre en France. Rejetée par la famille de son époux, elle divorce deux ans plus tard et se retrouve en grande difficulté, abandonnée à sa condition d’immigrée sur le territoire français. Pour pouvoir subsister et financer ses études, elle doit faire des ménages pendant six ans.

En 1994, elle s’installe à Strasbourg. Après des études de lettres. Elle a enseigné à l’Université Marc-Bloch de Strasbourg et à l’Institut supérieur de pédagogie de Karlsruhe, en Allemagne.

Elle se consacre également à l’écriture : elle a publié La Préférence nationale, un recueil de nouvelles, aux éditions Présence africaine en 2001. Le Ventre de l’Atlantique est son premier roman, paru en 2003 aux éditions Anne Carrière. Suivent ensuite Kétala (2006), Inassouvies, nos vies (2008), Celles qui attendent (2010) et Impossible de grandir (2013). Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fatou_Diome

 

«Les gens, là, qui meurent sur les plages, et je mesure mes mots, si c’étaient des Blancs, la terre entière serait en train de trembler. Ce sont des Noirs et des Arabes, alors eux, quand ils meurent, ça coûte moins cher».

Ce soir-là, sur le plateau de Ce soir ou jamais, Fatou Diome dénonce l’hypocrisie européenne face au problème des migrants et, grâce à un franc parlé inégalable, elle séduit les internautes du monde entier.

 

Macdella Cooper

Née à : Monrovia (Libéria), 13/03/1977

Biographie :

MacDeella Cooper

MacDella Cooper également connu de beaucoup comme «l’ange du Libéria» – est né à Monrovia, au Libéria. La vie de Cooper a été profondément affectée par la guerre civile libérienne dans les années 1990. Adolescente, elle a vécu en exil en tant que réfugiée en Côte d’Ivoire, comme des milliers de personnes qui ont fui le conflit qui a fait plus de 200 000 morts et déplacé des centaines de milliers de personnes. En 1993, elle et ses deux frères aînés (Harry et Valentine) ont émigré aux États-Unis pour rejoindre leur mère à Newark, dans le New Jersey. À l’école secondaire Barringer, Cooper s’est classée troisième dans une classe de 1 200 élèves. Elle a ensuite reçu une bourse complète au College of New Jersey à Ewing où elle a obtenu un diplôme en communications.

Cette mère de trois enfants s’est engagée à contribuer à un monde meilleur, Cooper partage son temps entre les États-Unis, le Libéria et d’autres pays.

MacDella Cooper sera-t-elle la prochaine présidente du Libéria ?

En octobre 2016, Cooper a annoncé son intention de se porter candidate à la présidence du Liberia lors des élections nationales libériennes de 2017. Une question; que serait l’Afrique si elle était au pouvoir ? Sans doute un peu plus féministe…

AFFILIATIONS ET PRIX

MacDella Cooper occupe plusieurs postes de direction, de conseil et de conseil d’administration aux États-Unis et au Libéria, y compris la représentation auprès d’organisations humanitaires:

  • African American Women for Peace (AAW-Peace)
  • American International School de Monrovia
  • American Red Cross
  • Tiffany Circle
  • Association communautaire libérienne de New York
  • Segal Family Foundation

Cooper a également reçu de nombreux prix dont:

  • Ambassadeur mondial pour IMPACT Leadership 21 (2015)
  • Humanitarian Service Award, Coalition des pays de l’Afrique de l’Ouest touchés par le virus Ebola (2015)
  • Trophée Humanitaire de Trokon Clay (2015)
  • Prix Croix-Rouge Américaine George W. Cutting Humanitaire (2012)
  • Applause Africa Award (2011)
  • Récompense de l’Archevêque de Michael K. Francis (2011)
  • Prix Spirit of Friskies (2011)
  • Prix Humanitaire du Collège du New Jersey (2010)
  • Momentum Women’s Awar d (2007)
  • Prix de service communautaire Victor E. Ward (2007)

sources: https://en.wikipedia.org/wiki/MacDella_Cooperhttp://macdellacooper.com/

Léonora Miano

Née à : Douala (Cameroun) , le 12/03/73

Leonora Miano

Biographie :

Léonora Miano est née à Douala, au Cameroun.

C’est dans cette ville qu’elle passe son enfance et son adolescence, avant de s’envoler en 1991 pour la France où elle réside depuis. Elle étudie les Lettres Anglo-Américaines, d’abord à Valenciennes, puis à Nanterre.

C’est à l’âge de huit ans qu’elle écrit ses premières poésies, et le roman vient à l’adolescence. Léonora Miano attendra longtemps, avant de proposer ses textes à des éditeurs. Le temps d’avoir le sentiment de posséder une écriture personnelle, qui contienne son tempérament et qui restitue sa musique intérieure.

Son premier roman, « L’intérieur de la nuit« , a été salué par la critique et plébiscité par les lecteurs.
Plusieurs prix lui ont été attribués : Les lauriers verts de la forêt des livres, Révélation 2005; Le Prix Louis Guilloux 2006; Le Prix Montalembert du premier roman de femme 2006; Le Prix Réné Fallet 2006; Le Prix Bernard Palissy 2006. Classé meilleur premier roman français pour l’année 2005 par le magazine Lire, « L’intérieur de la nuit » fait aussi partie des 10 finalistes de l’édition 2006 du Prix des Cinq Continents de la Francophonie. Contours du jour qui vient a obtenu le Prix Goncourt des Lycéens en 2006.

Son roman « La saison de l’ombre » a obtenu le prix Fémina 2013 et le Prix du roman métis 2013.

En 2014, elle commence à orienter sa réflexion et son écriture autour de la sexualité, masculine d’abord, avec le recueil « Première fois » (Mémoires d’Encrier, 2014) dans lequel elle invite 10 écrivains subsahariens et afro-descendants à raconter leur première expérience charnelle sans tabou.

Avec « Volcaniques » en 2015, elle fait de même avec des femmes cette fois, et ouvre ainsi une réflexion sur la sexualité dans les cultures africaines et afro-descendantes.

source: https://www.babelio.com/auteur/Leonora-Miano/6177

 

Aïcha Mouammar Kadhafi 

Aïcha Mouammar Kadhafi

Née à : Tripoli (Libye), le 25/12/1976
Biographie :

Seule fille du « guide de la Révolution » Mouammar Kadhafi, cette avocate, militaire et femme politique Libyenne a été présentée comme une « héritière politique » de son père.

Elle a effectué ses études à l’université Paris-VII et a aussi étudié le droit à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Lors de son procès en 2004, l’ancien chef d’État irakien Saddam Hussein est défendu par un collectif d’avocats, dont elle fait partie.

Elle fut nommée ambassadrice de bonne volonté de l’ONU en 2004, ce titre lui sera retiré en février 2011 à la suite des violations dont a fait l’objet le régime de son père.

Elle dirige Waattassimou; une fondation à vocation humanitaire agissant contre la faim en Afrique. Il lui est difficile de s’engager d’avantage notamment à cause de toutes les interdictions dont elle a été sujette à cause des accusations portant sur le régime de son défunt père. Pour en savoir plus, c’est par ici.

En mars 2017, elle a de nouveau été autorisée à se rendre en Europe après 6 ans d’interdiction.

La charmante héritière saura-t-elle suivre les trace de son père? Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, reconnaissons tout de même que ce dernier a su faire régner l’ordre en Libye quand il était au pouvoir.

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/A%C3%AFcha_Kadhafi

 

 

Farida Bemba Nabourema 

“Chez l’espèce humaine, l’oppression est l’arme des prédateurs” Farida Nabourema

Née à : Lomé (Togo), le 19/04/1990

Biographie :

Farida NabouremaElle n’a pas sa langue en poche, et sa plume encore moins!

Cette bloggeuse togolaise très active sur les réseaux sociaux est connue pour ses analyses et commentaires virulents à l’endroit du chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé ou aussi d’autres présidents africains. Une activité qui l’a fait rentrer dans les bonnes grâces des internautes qui sont des milliers à la suivre sur les réseaux sociaux.

Farida Bemba Nabourema a fait ses études primaires et secondaires au Togo. Après l’obtention du BAC en 2007, passionnée de l’histoire, elle s’inscrira au département d’Histoire à l’université de Lomé avant de partir aux Etats-Unis à l’âge de 18 ans pour poursuivre ses études supérieures. Elle étudie les Relations Internationales avec une spécialisation sur le Moyen Orient à l’Ecole des Etudes Internationales à Washington D.C.

Malgré la distance, la jeune femme est bien attachée à son pays d’origine. Mais cet attachement s’est traduit en une forme de combat qu’elle mène quotidiennement: la lutte pour l’émancipation de ses compatriotes en particulier, et en général, des peuples d’Afrique.

Une activiste acharnée…

C’est en tout cas ce que soutient Farida Nabourema dans ses posts qui ne sont pas des plus tendres. « Relations Afrique-France », « gouvernance », « droits humains » … La jeune fille aborde toutes les questions relatives à la liberté et au développement de l’Afrique à travers les différents tests qu’elle publie. « Je suis née d’un papa qui, durant toute sa vie, a lutté pour un Togo libre. Pas seulement pour un Togo libre des dictateurs mais, un Togo libre des impérialistes et de toute forme d’oppression. C’est à partir du combat de ce dernier que j’ai été entraînée. Je me suis donc engagée depuis mon très jeune âge », explique Farida.

« Je suis contre ces chefs d’Etat qui pensent qu’ils ont été investis d’un pouvoir divin qui fait qu’après eux, il ne peut y avoir une autre personne d’assez intelligente, d’assez courageuse et d’assez forte pour diriger un pays. Un leader, ce n’est pas celui-là qui s’impose aux gens et qui poussent les gens à lui obéir. Un leader, c’est quelqu’un qui renforce d’autres dans leur volonté à prendre aussi le devant des choses ».

Farida Nabourema estime que tous les jeunes africains doivent prendre conscience de leur situation et prendre leur destin en main. Elle est également l’auteur d’un livre intitulé « la pression de l’oppression », publié le 31 janvier 2014. C’est une collection de 13 essais discutant des sujets qui sont les causes, manifestations et conséquences de l’oppression.

Source: http://www.togotopinfos.com/2017/01/10/farida-nabourema-quest-ce-la-bloggeuse-togolaise-a-contre-le-regime-de-faure-gnassingbe/

Retrouvez-la sur  sur son blog.

Natou Pedro Sakombi

 

Résultat de recherche d'images pour "natou pedro sakombi"« Nous sommes tous porteurs d’une mission divine destinée à relever l’humanité, et c’est d’ailleurs chez nous qu’elle est née. »

Née à : Kinshasa

Biographie :

J’avoue qu’avant l’écriture de cet article, je ne connaissais pas non plus Natou Pedro Sakombi. Je suis donc heureuse qu’un lecteur m’ait fait connaitre cette grande dame.

Née à Kinshasa et d’origine Nigério-Congolaise, Natou Pedro Sakombi passe son enfance à Bruxelles. Elle est une passionnée d’histoire et amoureuse du continent Africain. Elle fonde en 2010 la structure « Reine et Héroïnes d’Afrique », dont elle est la directrice et ainsi qu’un magazine du même nom. A côté de nombreuses activités liées à sa structure (magazines, expositions, conférences, émissions radio), elle consacre trois années de recherche à ce qui va devenir son premier ouvrage, « Du Sang Bleu à l’Encre Noire ». Au travers de ce livre, Natou veut lutter contre la falsification historique.

Elle y aborde, entre autres, l’impact important des noirs dans l’histoire européenne.

On la connait également comme la seconde épouse de l’activiste panafricaniste qu’on ne présente plus; Kemi Seba. 

Merci à Natou pour son combat pour la valorisation et la reconnaissance de l’histoire africaine précoloniale et pour tout ce qu’elle fait pour la communauté en portant haut et fort nos racines

Source: https://nofi.fr/2016/03/natou-pedro-sakombi-lutte-contre-la-falsification-historique/27793

 

Quelles sont les autres femmes engagées que je n’ai pas cité n

  • Suzanne Bellnoun; présidente de L’OFAD ( Organisation des Femmes Africaines de la Diaspora)
  • Sonia Guiza; bloggeuse (meilleure blogeuse ivoirienne 2016) et journaliste de formation.

 

Qui sont les meilleurs élèves en matière de représentation féminin en politique ?

Au Rwanda, les femmes représentent 64% des élus parlementaires alors qu’on que la moyenne mondiale de représentation est de 22%. Le rapport de l’UIP et l’ONU Femmes de mars 2017 montre que le représentation des femmes en politique stagne. C’est tout naturellement que l’on retrouve le Rwanda en première position, pour vous faire une idée, la France est 14ème, les USA sont 99ème et la RDC est 166ème. est-ce pour autant suffisant ? Non mais c’est un bon début…

 

Cet article peut inspirer les femmes africaines qui suivent les traces de celles-ci ou encore mettre plus de lumière sur ces femmes afin qu’elles aient plus de soutien de notre part. Il est aussi temps de réaliser que la femme africaine est plus que sa jolie silhouette. Alors chers messieurs, laissez les femmes travailler tranquillement. Arrêtez de détourner leur matière grise et vous verrez, l’Afrique deviendra belle et plus forte que jamais! Chères femmes, il est temps que nous travaillions de concert avec les hommes.

Si l’on veut pourvoir répondre à la question ; « que seraient l’Afrique si elles étaient au pouvoir », nous devons faire en sorte que nos voi[e,x] soient entendues et prises en compte!

 

 

 

2017-11-15T19:57:13+00:00 octobre 16th, 2017|Africa|0 Comments

Laissez un commentaire