Catégories

Médias sociaux | la liberté d’expression est-elle prise en otage ?

Qu’est-ce que la liberté d’expression ? 

La liberté d’expression est le droit reconnu à toute personne de penser comme elle le souhaite et de pouvoir exprimer ses opinions par tous les moyens qu’elle juge opportun, dans les domaines de la politique, de la philosophie, de la religion, de morale

Considérée comme une liberté fondamentale, la liberté d’expression est inscrite dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (ONU, 1948, article 19).


« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »


Y’a-t-il des limites à la liberté d’expression ?

J’avoue avoir un malaise ne serait-ce qu’en écrivant cette définition. Tout le monde voudrait jouir pleinement de la liberté d’expression tout en oubliant qu’elle n’est pas absolue car elle comporte également des droits et des responsabilités. La complexité de la liberté d’expression réside dans le fait qu’elle est utilisée comme arme pour tuer les libertés des autres au nom de cette même liberté. C’est une boucle un peu complexe, je vous le concède…

La liberté d’expression est liée à plusieurs modes et droits d’expression; la liberté de la presse, la liberté d’association, la liberté de réunion, la liberté de manifestation mais aussi le respect d’autrui.  Il y a évidement des limites à cette liberté, on peut parler de tout, rire de tout mais:

  • L’intention de faire rire doit être claire
  • Interdiction d’insulter et d’injurier: pas d’homophobie, d’incitation à la haine… étrangement, le blasphème passe très bien.
  • Diffamation: il est interdit de diffuser des informations mensongères ou sans preuves. Nous sommes nombreux à confondre la critique et la diffamation.

Il suffit de suivre un peu l’actualité pour constater que la liberté d’expression été prise en otage par un certain nombre de personnes qui l’utilisent à des fins économiques, politiques ou encore religieuses.

liberté d'expression et médias sociaux

Quelques exemples de censures et de protections judiciaires contestées

Il y a dans notre actualité quotidienne plusieurs exemples de notre mauvaise compréhension et application de la liberté d’expression et heureusement que je suis libre de le l’écrire. Dans certains pays, cet article me coûterait, au minimum, ma liberté physique.

Parmi les exemples les plus contestées, CHARLIE HEBDO un bel exemple de liberté d’expression contesté mais protégé par la justice au dépend de la liberté d’autrui. Personne ne donnera jamais raison à la barbarie dont ils ont été victimes mais doit-on pour autant leur concéder le droit porter atteinte à la liberté des autres ? Soyons honnêtes, certaines de leurs caricatures sont à se tordre de rire!

Disons que Charlie Hebdo est libre de rire de tout, c’est un droit. Mais le concept de la liberté d’expression divise au moment où nous constatons que l’humoriste Dieudonné ne semble pas du tout jouir des mêmes droits! Il a même été sanctionné à plusieurs reprises au nom de cette même liberté d’expression. Nous pourrions passer des heures à constater que la liberté d’expression est devenue sélective, mais poursuivons…

« Vous êtes libres mais pour garder cette liberté, il vous sera parfois ‘demandé’ de faire comme si vous n’aviez rien vu, rien entendu. Vive la liberté! « 

La liberté d’expression « made in social media »

« les médias sociaux nous rendent-ils (plus) libres? »

Ce n’est pas parce qu’il nous a été donné la possibilité de commenter, de liker et de partager que ça y est! D’ailleurs j’étais déjà venue à la conclusion (personnelle) que nous n’étions pas vraiment libres, pour ne pas dire pas du tout. Il faut tout de même reconnaître que grâce aux médias sociaux, nous sommes libres en apparence, c’est déjà pas mal!
« On commence à écrire et puis on rectifie, parce qu’ils vont croire que je suis trop fleur bleue, raciste ou encore idiote. »doute Bhein quoi ? Oseriez-vous jurer sur l’honneur qu’il ne vous est jamais arrivé de juger les gens derrière vos écrans ? C’est bien ce que je pensais… Nous le faisons tous! Les médias sociaux, et tout particulièrement les réseaux sociaux, nous ont rendu un peu plus ‘juges’ qu’autrefois.

« La loi de la liberté est déterminée par deux grands principes. L’homme ne peut pas acquérir la liberté s’il n’aime pas la vérité et s’il ne l’a pas acquise. »

~Peter Deunov~

Comment les médias sociaux transforment-ils notre comportement ?

Dans la mesure où nous sommes observés sur les réseaux sociaux, par exemple, notre comportement est forcément influencé par toute une série de paramètres. Pour l’homme du 21 ème siècle, les médias sociaux sont aussi un moyen sûr de se créer un personnage et de s’affirmer. Ce personnage s’affirmera notamment grâce à ses prises de position; à l’image du contenu qu’il publiera ou partagera sur la toile.

      1. Nous sommes devenus juges et parties

Les réseaux sociaux nous rendent donc ‘plus juges’ qu’autrefois… Si cela ne sonne pas comme quelque chose de péjoratif, c’est parce que nous sommes sans savoir ce que ce trait de caractère a comme impact sur notre comportement. Un juge a pour mission de faire respecter la loi et nous en sommes incapables car nous sommes juges et parties. Sommes-nous justes? Défendons-nous la vérité ou le pouvoir et la manipulation? C’est à chacun d’y répondre…


Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie. 

~Jaques Prévert~


      2. Nous sommes devenus des émetteurs et récepteurs

Grâce ou à cause des médias sociaux, nous sommes en pleine mutation; nous sommes tous devenus des ‘petits médias’. Parce que nous sommes autant émetteurs que récepteurs; en fait nous sommes l’Internet! Nous pouvons créer et transmettre de l’information sans être limités par l’espace et le temps. Plus clairement dit; nos échanges n’ont pas de frontières dans le cyberespace. Les médias sociaux ne permettre donc d’élargir notre champs de communication. C’est un avantage lorsque l’information que nous faisons circuler est vraie et n’entrave pas à la liberté d’autrui.

       3. Notre observation influence le monde

« En physique quantique, l’observateur modifie les résultats de son expérience« .

On peut se servir de la physique quantique pour comprendre et expliquer les ondes/particules d’informations se comportent lorsqu’elles sont observées.

Chaque seconde, notre cerveau traite environ 400 milliards de bits d’information mais seuls 2000 arrivent à notre conscience. La réalité dépend fortement de la perception de chacun et également de la manière qu’il a de se représenter cette réalité. Ceci explique aussi le fait que deux personnes peuvent être témoins de la même scène mais pourtant en avoir un ressenti différent.

–> « Ceux qui se croient capables de changer le monde sont ceux qui changent le monde. » Tous les leaders ne font que le dire; il suffit de croire en soi pour que l’impossible devienne possible.

–> Avec les médias sociaux nous sommes exposés chaque jour à des millions d’images et d’histoires, toutes plus extravagantes les unes que les autres. Quand Rihanna se ballade en chaussure de chambre aux USA, il ne faut pas attendre 3 mois pour voir toutes les filles s’acheter les mêmes chaussures de chambres pour arborer les jolies du continent européen. Bon d’accord, je vais également donner un exemple plus masculin; il a suffit que quelques célébrités se fassent tatoué un bras, pour voir des milliers de jeunes hommes s’offrir les mêmes tatouages.

Grâce à plusieurs expériences, les physiciens ont découvert que « quand tu ne regardes pas, il y a des ondes de possibilités, quand tu regardes, il y a des particules d’expériences. » 

Regardez cette vidéo pour en savoir plus…

 

     Nous sommes tous connectés4. Nous sommes tous connectés

Même si cette idée se heurte à notre perception individualiste du monde réel, nous sommes bel et bien tous connectés et l’Internet, avec la fameuse toile (web), n’en est qu’une énième confirmation.

–> Puisque nous sommes tous connectés, tout se qui se passe en Afrique a des conséquences en Europe. L’exemple des migrants qui traversent l’Atlantique est assez représentatif. On pensait que la misère de l’Afrique resterait à l’Afrique, ou encore que la guerre en Syrie ne coûterait rien à l’Europe… C’est ce qu’on appelle l’effet papillon

Les médiaux sociaux éveillent aussi en nous un besoin d’appartenance sociale. Nous désirons intégrer un groupe qui soit à l’image de ce que nous pensons du monde idéal. Il y a donc d’une part la connexion naturelle et puis d’autre part, l’interconnexion par intérêt. Ceux qui se ressemblent, s’assemblent plus facilement grâce aux médias sociaux.

« Quand vous n’osez liker ou partager un post alors qu’il vous a ‘parlé’, êtes-vous libre ou pas ? »


À lire aussi : Réalité vs. Virtualité cyberespace, un nouveau monde pour fuir la réalité?


 

Nos pensées sont recyclées

Comment les médias sociaux prennent-ils à notre liberté d’expression en otage?

« Il ne faudrait surtout pas passer pour un ringard »  

Je me suis vue plusieurs fois entrain de m’abstenir de donner mon opinion. Non pas parce que ce que je voulais dire était insensé, non non… Mais parce que j’avais peur d’être cataloguée par mes ‘followers’ ou mes ‘amis’. Je suis certaine ne pas être la seule à faire l’expérience de cette nouvelle forme de liberté.

« Il n’apprécierait pas si je me prononçait en faveur de xyz parce qu’ils ennemies… « 

Sommes-nous libres sur internet ? Certains affirmeront qu’ils le sont, d’autres reconnaîtront peut-être comme moi que la liberté nous est retirée petit à petit et sans contrepartie. Un peu comme si les médias sociaux étaient devenus des tribunaux dans lesquels nos juges; les followers étaient choisis par nos propres soins. L’hypocrisie s’amplifie derrière les écrans parce que nous n’osons pas prendre position car nous avons peur que cela nous porte préjudice.

« Je n’ai pas le temps de sortir aujourd’hui, je travaille de la maison. »

La diversité des média sociaux a beaucoup d’avantages, c’est sans doute la raison pour laquelle nous ne savons plus nous en passer. Il est loin le temps où il fallait se déplacer à tout prix pour faire du networking, collaborer, partager et publier de l’information ou tout simplement discuter. Nous ne sommes pas ici pour dire que les médias sociaux ne sont d’aucune utilité, ce serait mentir. Mais avec un peu de recul, on peut tous constater que la partie sociale des médias sociaux tant à disparaître. Si nous enlevons la partie sociale des réseaux, nous leur enlevons la partie humaine aussi. Si le monde ne nous intéresse pas, il n’y a pas de raison de se battre pour le changer…

Voici à quoi ressemble le paysage des médias sociaux en 2017

 

média sociaux avantages et inconvénients


« Nous voulons tellement être partout que nous finissons par être nulle part. »


Le numérique/digital fait-il de nous des robots?

Avez-vous déjà eu peur de poster quelque chose juste parce que dans vos contacts, quelqu’un pourrait mal vous juger ou juste parce que vous avez l’impression que dans certains milieux, il est très mal vu de prendre position?

Bref nous avons tous le même soucis lorsque nous sommes derrière ces fichus écrans!

Alors quoi, mes contacts vont m’empêcher d’écrire? Ou est-ce que c’est plutôt, « mes contacts me font réfléchir à une meilleure façon de présenter mes opinions? » C’est un parcours de combattant, tout le monde scrute tout le monde et après avoir collectionné vos erreurs, on vous en offrira un joli montage sur la place publique. Heu… pardon sur internet.

Oui oui, entre ceux qui s’inventent une vie, ceux qui n’en n’ont pas une et ceux qui vivent au dépend de celle des autres, il faut choisir son camps. Il semble que si vous n’êtes pas présent sur la toile, vous n’êtes pas vivant. Si si, je vous le dis. Et idéalement, si vous avez l’opportunité, il faut également partager vos émotions fortes même si elles sont personnelles. Ça marche bien! 

Donc l’hypocrisie du web, comment la soignerons-nous ?

C’est la pseudo liberté que l’on doit soigner; cette liberté numérique à laquelle tout le monde a le droit de regard. « Vous êtes libres, jusqu’ici tout va bien.. mais attention, il se pourrait qu’il ne soit pas permis de critiquer ou citer certains noms. »

Les médias sociaux n’étaient-ils pas censés s’ajouter à la longue liste d’outils d’information et de communication déjà en notre possession?

Il y a aussi le nouveau genre de courage: les gens se voient pousser des ailes lorsqu’ils sont derrière leurs écrans. Ils critiquent mais ne proposent rien de constructif. Voyez-vous, le monde est vraiment en mutation. Si l’on regarde par delà nos écrans, on peut voir des hommes en quête de liberté et de courage. Mais nous sommes distraits par toute une série de choses qui s’entremêlent à notre réalité. Ces choses sont l’actualité et nous égarent de nos objectifs; football, films, télé-réalités, … Les médias sociaux nous nous rendent passifs, nous en oublions presque comment tous ces gens que nous admirons ont réussi à changer le monde.

Affirmons-nous notre liberté à chaque fois que nous asphyxions nos pensées et nos valeurs pour appartenir à un groupe ou pour nous faire accepter? Nous disons avec une grande facilité que nous voulons un meilleur monde mais nous nous défilerons lorsqu’il faut prendre des positions, voter des pétitions…Quand nous passons plus de temps à commenter et partager ce qui n’éveille pas les consciences, nous ne devons pas nous plaindre de l’état actuel de notre monde!

meilleur monde

 

2017-09-21T09:30:19+00:00

One Comment

  1. […] Previous […]

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :