Mr André Flahaut dand l'émission Entre-Temps présentée par Nancy Kawaya

André Flahaut; un homme d’État passionné d’Afrique

Je pensais que Monsieur Flahaut ne serait pas disponible pour une interview et je dois dire que j’étais ravie qu’il ait accepté mon invitation. J’ai donc contacté son cabinet et deux semaines après, je me retrouvais à la chambre des représentants avec l’équipe de l’émission « Entre-Temps« 

Avant de vous parler de cet entretien, je voudrais vous dire un peu plus sur l’homme d’État qu’est Mr Flahaut. Il a fallu faire quelques recherches pour le bien de l’interview, je compte bien partager ça avec vous ! 

 

André Flahaut et Nancy Kawaya

André Flahaut, un parcours, une histoire…

Né le 18 août 1955 (64 ans), Monsieur Flahaut est militant au Parti socialiste depuis 1973. Il a assumé diverses fonctions, de la présidence de la section locale jusqu’à la présidence de la fédération du Brabant wallon, il fut successivement conseiller communal à Walhain, puis à Nivelles, avant de se faire élire conseiller provincial du Brabant ; élu au Parlement fédéral en 1994, il est finalement nommé ministre au sein du gouvernement fédéral, dans un premier temps chargé du portefeuille de la Fonction publique, puis de la Défense nationale.

« La solidarité est pour moi une valeur centrale ! »

Quand on dit que Mr André Flahaut a assumé diverses fonctions… 

  • Président de la Mutualité socialiste du Brabant wallon de 1993 à nos jours,
  • élu au Parlement fédéral en 1994,
  • huit années et demi à la tête du département de la Défense – Ministre de la défense de 1999 à 2008,
  • Nommé Ministre d’État le 7 décembre 2009, En Belgique, c’est un titre accordé par le roi à des personnalités politiques particulièrement méritantes.
  • Président de la Chambre des Représentants (2010-2014)
  • Ministre du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative de la Communauté française durant la dernière législature (2014-2019)
  • Vice-Président de la Chambre des Représentants 

2 fois ministre de la fonction publique; une fois au fédéral, une fois à la fédération Wallonie Bruxelles.

Mr André Flahaut dand l'émission Entre-Temps présentée par Nancy Kawaya

À coeur ouvert, dans l’émission Entre-Temps

Dans cette entrevue, nous avons évidemment abordé des thèmes qui lui sont chers, tels que la citoyenneté, la santé et l’éducation, les relations entre la République Démocratique du Congo et la Belgique. L’interview sera d’ailleurs très bientôt disponible…

Pour un regard renouvelé sur le continent africain !

Son intérêt pour les questions sur le développement du continent africain et sa présence dans les forums consacrés sont très appréciés. On pouvait notamment le croiser au forum « Rebranding Africa » qui se déroulait à Bruxelles ce 04 et 05 octobre 2019.

De chacune de ses apparitions dans ces forums, on retiendra surtout sa volonté pour l’établissement de liens renouvelés entre l’Europe et l’Afrique. Je vous invite à parcourir son discours ci-dessous, il m’a personnellement marqué.

Intervention du Ministre d’État André FLAHAUT

Rebranding Africa Forum 

5 octobre 2019 – Hôtel de ville de Bruxelles

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Monsieur le Commissaire de l’Union africaine,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Monsieur le Président-Fondateur du Forum Rebranding Africa,
Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités,
Chers amis de l’Afrique,

Il y a des événements qu’on attend avec impatience : le Forum Rebranding Africa EN EST UN.

On sait qu’on y retrouvera des amis.
On sait qu’on y fera des rencontres.
On sait SURTOUT que l’Afrique y sera à l’honneur. Une Afrique diverse et dynamique. Une Afrique qui crée et qui invente. Une Afrique consciente de sa richesse.
Cette richesse : je l’ai DEVANT MOI.

Mesdames et Messieurs, chers amis : VOUS ÊTES la première richesse de l’Afrique : une richesse humaine.

Vous innovez et vous investissez. Vous développez des projets. Vous dirigez des entreprises. Vous créez des emplois. Vous tissez des liens de confiance et de solidarité.

En somme : vous construisez l’avenir, NOTRE AVENIR : celui de l’Afrique et celui du monde.

À chacune et à chacun d’entre vous, je dis BRAVO !

Chers amis,

Mon plaisir est grand d’être ici – AVEC VOUS – pour faire prospérer l’amitié belgo-africaine.

Chaque année depuis 2014, le Forum Rebranding Africa nous aide à mieux nous connaître, nous comprendre et nous rassembler.

Chaque année, CE FORUM nous redonne l’occasion de développer et de fortifier l’axe traditionnel de solidarité Nord-Sud-Nord.

Chaque année :

•Nous mettons en dialogue nos différences.

•Nous apprenons à travailler ensemble.

•Nous élaborons des actions communes.

•Nous bâtissons des partenariats.

Les RÉSULTATS sont concrets et durables.

Ces résultats sont le FRUIT DU RESPECT !

Tous ceux qui me connaissent savent le prix que j’attache aux relations de personne à personne et à la continuité du travail de terrain.

C’est pourquoi je regrette très vivement de n’avoir su prendre part à la CINQUIÈME ÉDITION du Forum Rebranding Africa qui s’est déroulée l’an dernier à Ouagadougou.

Le BURKINA FASO est un pays frère.

Le Président KABORÉ – que j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois et dont j’apprécie l’engagement – est un acteur politique majeur et l’une des voix principales de l’Afrique moderne.

Sa récente intervention à la tribune des Nations unies a été particulièrement remarquée.

Je m’associe à SON APPEL.

Oui ! Il faut plus de MULTILATÉRALISME dans la région du Sahel.

Oui ! Nous devons renforcer le rôle de l’ONU.

Oui ! Nous devons tout mettre en œuvre pour faire émerger une solution de paix durable et concertée !

Puisse un Forum comme le nôtre contribuer à faire avancer la cause de la PAIX en donnant à ses artisans les moyens de se faire entendre.

Travaillons ENSEMBLE pour faire progresser cette cause !

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

Vous comprenez donc mieux le plaisir que j’ai de pouvoir vous renouveler AUJOURD’HUI mon SOUTIEN et mes ENCOURAGEMENTS.

Je sais combien vos travaux et vos échanges sur l’exploitation minière en Afrique ont été fructueux.

La thématique choisie cette année est cruciale.

Les défis sont considérables, que ce soit en termes

•de développement ;
•de prospérité pour tous ;
•de croissance ;
•de gouvernance politique et économique ;
•ou encore, d’intégration africaine.

On le répète souvent, trop souvent peut-être : les terres d’Afrique sont riches, TRÈS RICHES.

Elles sont riches en or, en diamant, en cobalt, en manganèse, en titane, en phosphates, en platine, en uranium, en fer, en cuivre, en aluminium… la liste est longue.

Les chiffres sont ÉLOQUENTS, vous les connaissez : le continent africain détient au moins UN TIERS des réserves minières mondiales.

Pour certains métaux ou minerais – le platine ou le chrome, par exemple –, cela représente même plus de 80 % !

On imagine FACILEMENT l’intérêt voire la convoitise que cela peut susciter. On imagine aussi les DANGERS et les RISQUES.

En effet, dans certains pays producteurs, la part des ressources minières dans le PIB est tellement importante que leur stabilité économique dépend presque entièrement du niveau des cours mondiaux.

Ces économies sont TRÈS FRAGILES.

Et une baisse des cours peut avoir des conséquences dramatiques pour les populations, notamment les plus précaires.

Prenons le cas du COBALT. C’est un métal que l’on retrouve DANS TOUS nos GSM et dans nos ordinateurs portables, mais encore dans les moteurs des véhicules électriques.

Autant dire que le cobalt est un métal clé pour nos technologies modernes, nos industries, nos économies.

C’est un métal dont 60 % de la production mondiale provient du sud de la RDC, spécialement de la région de Kolwezi… une région riche et pourtant si pauvre, si déshéritée.

Une région où l’on compte des dizaines de milliers de MINEURS clandestins, souvent des enfants, qui, chaque jour, risquent leur vie.

Le PARADOXE est ici.

Lors de son récent déplacement en Belgique, le Président FELIX TSHISEKEDI a mis en lumière ce TRAGIQUE PARADOXE.

Il a pointé les MALHEURS et les DRAMES causés par les mines.

Il a rappelé l’importance, pour la RDC, de REPRENDRE LA MAIN sur la vente de ses ressources minières.

Le BUT de son action EST ASSUMÉ.

Il s’agit : d’une part, de faire de ces ressources UN OUTIL de croissance et de prospérité ; d’autre part, de mettre cet outil AU SERVICE du Congo.

Très CONCRÈTEMENT : les mines doivent être au service du peuple CAR ce n’est pas le peuple qui doit se mettre au service des mines.

Permettez-moi de CITER LES PROPOS du Président Tshisekedi :

« IL EST TEMPS – dit-il – que les terres congolaises ne soient pas que des terres d’exploitation. IL EST TEMPS qu’elles deviennent des terres de transformation. »

C’est le discours qu’il a tenu à Bruxelles.

La semaine dernière, à New York, il a réitéré son appel devant l’Assemblée générale des Nations unies.

En RDC – comme ailleurs en Afrique – le DÉFI est immense !

Ce défi NOUS CONCERNE ÉGALEMENT ICI, en Belgique, car notre rapport à l’Afrique doit changer.

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

Je vous le disais en préambule de mon intervention : la plus grande richesse de l’Afrique ce sont les FEMMES ET LES HOMMES qui y vivent.

Cette richesse est HUMAINE.

Contrairement à d’autres, elle est inépuisable.

Elle mérite qu’on y fasse ATTENTION et qu’on la RESPECTE.

Arrêtons d’EXPLOITER l’Afrique.

Arrêtons, EN EUROPE, de développer des relations À SENS UNIQUE qui ne profitent qu’à quelques-uns… et nuisent à la majorité.

Dans le domaine des mines, le constat est tragique.

À l’inverse, nous avons le devoir de bâtir des PARTENARIATS responsables et équilibrés.

Ces partenariats – qu’ils soient bilatéraux ou triangulaires – doivent être porteurs de modernisation, d’emplois et de qualifications nouvelles visant l’appui aux secteurs traditionnels : l’agriculture, par exemple… qui, vous le savez, est UNE AUTRE RICHESSE.

OUI ! Nous devons changer notre regard sur l’Afrique.

OUI ! Nous devons changer de regard sur ses peuples et sur les richesses du continent.

Cher amis,

La voie du partenariat, c’est celle du PROGRÈS !

Elle seule est durable.

Elle seule peut répondre de façon JUSTE et RESPECTUEUSE aux défis qui se posent aujourd’hui comme à ceux qui viendront demain.

Ensemble, empruntons cette voie !

Ensemble, affrontons l’avenir !

Ensemble, construisons un monde de PAIX, de SOLIDARITÉ

et de PROSPÉRITÉ pour tous !

Chers amis,

Ensemble, donnons à l’Afrique – une AFRIQUE PLURIELLE et DIVERSE dans ses RICHESSES – les moyens de se réaliser en confiance et en liberté !

Je vous remercie de votre attention.

Le type de questions auxquelles il faut s’attendre dans l’interview

 → La Belgique n’a pas encore de gouvernement, depuis les dernières élections de mai 2019, et nous sommes encore en plein processus de négociation. 

Qu’est-ce qui coince d’après vous  ? 

→ Le Président de la RDC Félix ANTOINE Tshisekedi,  est revenu en Belgique cette fois en en tant que chef d’état, après plus d’une année de frustration diplomatique, nous savons que vous vous êtes entretenu avec lui, qu’est-ce qui était au centre de vos échanges ? 

 → L’Europe fait face au fascisme, au populisme, et il semblerait que cela soit dû à la question de la gestion de flux migratoires. Comment est-ce que l’Europe devrait répondre ou agir ?
 
 La suite est à découvrir dans la fameuse interview 

 

Ce fût un entretien riche et toute l’équipe était captivée !

Merci à tous ceux qui m’ont permis de réaliser cet entretien. Je pense à Maisha Pro Pictures, Péllicules Visions, à mon partenaire Baka Kani et au collaborateur de Monsieur Flahaut; Monsieur Loïc NICOLAS, pour sa disponibilité.

Je vous laisse sur une citation de Monsieur Flahaut, mais il faudra encore la remettre dans son contexte en suivant l’intégralité de l’interview.

« Aujourd’hui, aller à contre-courant c’est encore ce qui est de plus passionnant en politique. »

Voici l’interview, n’hésitez pas à vous abonner à ma chaine Youtube et à me laisser vos commentaires ou questions…

Publicités

Laissez un commentaire